Dans les steppes mortifères( A Kertach Mohamed )

le dimanche 20 février 2011, à 18:37. Posté par AGRIPPA

 

 

Dans les steppes mortifères
Où se mire mon existence
Il y a des rires et des chagrins
L’aveu toujours plus vivace
De ces nuits profondes et graves

Et puis l’instant permis
Où la lumière se brise
Sur le flanc des couleurs
Où les poussières d’ici
Se mêlent à celles de l’orient

Où les regards se noient
En une même rose unique
Où d’ineffables silences
Abreuvent les mots solitaires
Sur l’ultime feuille blanche

Dans les steppes mortifères
Mon sang n’a plus de couleur
Il est d’ici ou d’ailleurs
Comme au premier jour
Bercé d’étranges chants

Alors un instant je chemine
En une paix intérieure
Dans l’éphémère prose
D’un songe sur le déclin
Qu’un poète parfois rassure

...

Dédié à mon ami et poète Kertach Mohamed


 

<< Retour aux poèmes

 
commentaires ( 8 ) (Ajouter un commentaire)
Loïc le dimanche 20 février 2011, à 20:58
L'âme soeur et sa compréhension trouvées en l'amitié... J'espère que Mohamed lira.
Amitiés

----
http://www.mespoemes.net/cellox
vs591 le dimanche 20 février 2011, à 22:07
---- Un ami, également par les mots , qu j'aimerai tant relire !

Une intention juste t'anime, au delà des mots au delà des sentiments, plus qu'une amitié une fusion intellectuelle !

Donne de ses nouvelles !
Vincent

http://www.mespoemes.net/vs591
Agrippa le dimanche 20 février 2011, à 22:56
----Merci Vincent. Va dans mes liens et tu auras l’adresse de son blog. Ainsi tu pourras le lire
http://www.mespoemes.net/cauria
José le lundi 21 février 2011, à 12:03
"la lumière se brise
Sur le flanc des couleurs
Où les poussières d’ici
Se mêlent à celles de l’Orient"... une façon lumineuse d'appréhender cet entrelacs de liens que tisse une amitié. Amitiés.
worrell02 le lundi 21 février 2011, à 14:46
Une belle pensée pour notre ami KertacheMed dont les mots manquent sur le site.
Amitiés
Ivy
http://www.mespoemes.net/worrell02
claude le lundi 21 février 2011, à 22:36
même dans les steppes motifères il pousse toujours cette herbe vivace de la poésie que le vent couche mais que ta plume redresse.Cela prouve que certains coeurs comme le tien je pense n'ont aucune aridité.Le ruisseau des mots n'a que faire de la sécheresse des steppes, il abreuve toujours notre soif de lire,de penser,de rêver dans notre faux sommeil qui n'est ni plus ni moins qu'une vie endormie en nous.
domidom le mardi 22 février 2011, à 14:09
Très beau ce poème, plein de très belles métaphores...
Qu'importe où l'on se trouvent, la poésie est une merveille, un bon moment d'évasion pour les grands rêveurs que nous sommes....
Très bel hommage dédié à ton ami.
Au plaisir de te lire...
Amitiés...
Kertach Mohamed le jeudi 10 mars 2011, à 22:17
Je suis le premier concerné et le dernier à rejoindre , une absence hors de ma volonté. Merci infiniment cher Thierry, merci à ceux qui ont accompagné par leurs signatures cette belle page. Mes amitiés à tous, mes amitiés chaleureuses.